Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par cote.jardin.festival.mosaiques.over-blog.com

grand-orchestre-photo.jpg

 

 

Concert, du "Grand Orchestre", vendredi 28 mai à 20h30 au château de Pitray, à Saint-Seurin-de-Prats (entre Castillon-la-Bataille et Sainte-Foy-la-Grande). En cas de mauvais temps salle des fêtes de St-Seurin. Organisation: association Mosaïques en partenariat avec le SIVOS de Vélines, le Conseil général de la Dordogne, et la commune de St-Seurin.

 

 

photob-grand-orchestre.JPG

 

 

La France est traditionnellement une terre d’accueil
pour les festivals d’envergure internationale.
Le moment fort de ces festivals est la venue de grands orchestres.
On se souvient avec émotion des bigs bands de Count Basie ou de Claude Bolling embrasant la scène de Marciac ou de Jazz à Vienne.
On se remémore la larme à l’oeil les somptueuses formations classiques nichées dans l’écrin de magnifiques châteaux ou dans la verdure d’un parc centenaire.
Mais hors de ces festivals et de certaines salles prestigieuses
où peut-on trouver ces grandes formations en France ?
Hélas, nulle part !
Heureusement, LE GRAND ORCHESTRE (composé de trois musiciens et chanteurs) est là et se propose de revisiter avec humour, vitalité et intelligence les répertoires des grands ensembles musicaux, et ceci sans distinction de style.
Une grande formation enfin à la portée de toutes les bourses. Telle modeste bourgade rurale pourra se rengorger d’avoir vibré sur le swing endiablé du GRAND ORCHESTRE , tel petit théâtre se vanter d’avoir valorisé son patrimoine grâce aux majestueuses interprétations classiques du GRAND ORCHESTRE et telle salle de quartier se féliciter d’avoir fait du lien social avec le GRAND ORCHESTREqui allie excellence musicale et souci du public (de tous les publics), le tout pour une somme dont la modicité prête à sourire !

 

me_mu_19.gif

 


Mais d’où viennent ces héros des temps modernes ?

 

Le 31 décembre 2005 à minuit naissait LE GRAND ORCHESTRE .
Le défi que s’étaient imposés les protagonistes de cette formation étaitle suivant : faire revivre de façon convaincante et avec humour le répertoire des orchestres de plus de vingt instrumentistes (Big Bands de jazz, Orchestres symphoniques, Tarafs roumains, Batucadas brésiliennes,...), et ce, à trois et avec des instruments inattendus, voire incongrus.
Le 1er janvier à 10h, le trio commençait les répétitions dans la joie et la bonne humeur (et avec un mal de tête carabiné).
Pendant un an, le répertoire fût choisi avec soin, travaillé et peaufiné dans le secret le plus absolu. Enfin, au grand soulagement des nombreux fans aux nerfs usés par cette
attente insoutenable, LE GRAND ORCHESTRE dévoilait enfin son programme au grand public. L’accueil fût chaleureux et encourageant pour les membres de la formation.
Six mois après, il y eut une série de concerts au Satin Doll, à l’Atelier, au Malabar et enfin au festival « Jazz à la Base » en première partie des frères Belmondo.
A la suite de ces prestations qui furent toutes des succès publics, les engagements se multiplièrent (Agence Culturelle de Bourges, service culturel d’Audenge, Casino d’Andernos, Programmation culturelle de Cestas et de St Médard d’Eyrans, Fête de la poterie à Sadirac… pour ne citer que les endroits où la formation est déjà assuré d’aller).
Si la formation est relativement récente, les trois musiciens n’en sont pas à leur coup d’essai, jugez-en plutôt…

 

photoa-grand-orchestre.JPG


 

 

 

Michael Geyre (accordéon et mélodica)
a collaboré avec les groupes Aquarella, le clan Lakassagne,
Goodspells sisters, Balkadje, etc.
A suivi Allain Leprest en tant que pianiste-accordéoniste durant une tournée
d’un an et demi dans toute la France, la Belgique et la Suisse.
Musicien tellement doué qu’il peut en devenir agaçant.
Bruno Buijtenhuijs (banjo et chant)
a collaboré avec Michel Macias trio, le Jazz Chamber orchestra,
Golden Goy Klezmer, etc.
A créé le Barber Shop Quartet dont la renommée
dépasse les frontières régionales et hexagonales.
Musicien peu doué mais qui compense par un travail acharné,
ce qui peut le rendre parfois agaçant.
Frank Richard (contrebasse)
benjamin de l’équipe et bordelais de fraîche date.
Nul ne sait ce qu’il faisait lorsqu’il était parisien.
C’est une partie de sa vie qu’il a soigneusement occultée.
Collabore avec Les Gosses de la rue qui connait un succès mérité en Aquitaine.
Son talent en fait un sideman très apprécié.
Peu fiable sur les horaires, ce qui peut être agaçant à la longue,
il compense ce défaut par un swing irréprochable et une
technique imparable.

 

musique-gif-043.gif

Commenter cet article