Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par kick's

ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...

Cathy Fernandez et Michel Vivoux

"Pause Chansons"

Accompagnés à l'accordéon

par Claude Delrieux

Vendredi 9 Décembre 2016 - 20h30
   Montazeau 24230

Salle des Fêtes

 Adultes 8€  Collégiens 4€  Gratuit -12 ans

ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...
ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...
ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...

Un trio, deux voix, une guitare et un accordéon. Un homme, une femme qui interprètent à leur façon et dans le plus grand respect les chansons de Georges Brassens en français, mais aussi en espagnol, mais aussi des chansons de Ferré, Brel, Barbara, Perret, Gainsbourg, Piaf, Moustaki , Louki, Aznavour, et d'autres...
Leur plaisir de chanter, leur talent, leur sincérité et leur générosité Font de ce spectacle un réel bonheur !....
♫♪♫ ... ♫♪♫ ... ♫♪♫ ... ♫♪♫ ... ♫♪♫ ... ♫♪♫


Cathy Fernandez : chant et petites percussions

Claude Delrieux : accordéon

Michel Vivoux :chant et guitare

ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...ATTENTION ! "Mosaïques présente le Vendredi 9 Décembre 2016 à 20h30...

Michel Vivoux

Tout en haut de l'affiche d'un rire «cassoulet», Michel Vivoux a édité une tripotée de disques vinyle. Aujourd'hui, il les réédite pour en faire profiter ses fans.

A ceux que les phrasés jubilatoires du «zonard qui était marginal» ou du «râteau de la Vénus», voire les fausses notes picorées d'une certaine trompette ont ravis, du haut de ces 40 ans de carrière, l'inénarrable moustachu Toulousain devenu depuis plus d'une vingtaine d'années Rouergat, adresse un boomerang. Car s'il est vrai, comme le chantait Brassens, que le temps ne fait rien à l'affaire, Michel Vivoux aligne dans le rétroviseur de ces années rire et chanson une discographie et un répertoire long comme ça. Pendant qu'Yves Simon lançait «nous nous sommes tant aimés dans les années soixante-dix», Vivoux en solo, avec la sacrée bande de pointures de zicos de «la Ville rose», les Chats Maigres, voire en alternance avec le bassiste troupier Doudou Dubuisson ou l'impassible violoncelliste Jean-François Saint-Jean en a commis des «galettes». Ce n'était plus le temps où Bruxelles chantait. Un peu plus loin que l'amour libre et peace and love de l'après «68». Oiseau de passage, guitare en bandoulière et illusions plein la besace, il ne tardera pas à gratouiller quelques mélodies sur fond de folk song, bien dans l'air du temps.

D'ailleurs, lorsque guitariste au phrasé sûr et efficace, il se dispersa en accompagnant Rosina de Peira, la chanteuse d'oc, ces premiers fans pestaient à tout va. Eux préféraient l'entendre chanter «le zonard» que gratouiller «jol pont da Mirabel.» Comme l'idylle tourna court, la moustache humide et le verbe à fleur de langue, Vivoux ne tarda pas à s'en retourner à ses chansons bien à lui et à des tournées d'anthologie. Résultat, lorsqu'il se met à lorgner dans le rétro de la vie, une production ayant de quoi faire pâlir les nouvelles, mais ô combien éphémères, vedettes d'un humour convenu, très Parigot et ne dépassant guère les contours du petit écran.

 

Bref de mon temps, ma chère dame, on savait qu'avec Vivoux et ses boys on en prendrait plein les oreilles. Et aussi, parfois, plein la g… Mais à la sortie du bois, la franche rigolade, si, parfois elle descendait au-dessous de la ceinture, elle faisait que «de longue», comme on dit chez nous et non sur le divan de Drucker, on se tenait les côtes à n'en plus pouvoir.

Preuve qu'avec le temps, tout ne s'en va pas, à force de sollicitations, depuis son studio «Georges Brassens» à Villeneuve, et cela ne s'invente pas, l'ami Vivoux réédite toutes ses petites perles. Comme pour remonter le temps jusqu'… au temps de nos vingt ans. Eh oui.

Les vieux vinyles pourront rester à l'abri. Loin des regards obliques de passants, pas toujours honnêtes.

http://www.musicoscope.fr/mvivoux

https://www.facebook.com/michel.vivoux?fref=ts


 

Cathy Fernandez

Depuis que je vous connais je n'ai jamais été déçue par vos prestations mais bien au contraire absolument sous le charme de votre duo talentueux! A travers vos choix nous pouvons percevoir toute l'humanité qui vous caractérise. Merci pour ta superbe voix Cathy, merci Michel pour ton aide et ta disponibilité, enfin bref! Je vous aime et vous écoute tous les deux !


Pas sûr que l'on vous ait Karin et toi, bien remerciées à l'issue de notre passage sur scène de l'atelier chant. Merci pour ces trésors de disponibilité, pour nous rassurer et tes conseils pas suffisamment bien suivis. Grand merci à Michel. Ah cette générosité qui sait bien m'émouvoir !


Je connais ces magnifiques chansons remplies d'émotion depuis 2011, avec le CD que j'écoute régulièrement, ainsi que "Pause Brassens" et "Pause chansons". Ce n'est que du bonheur chaque fois !!! Une belle voix, de supers musiciens et accompagnateurs. A écouter sans modération !!!


Quand le chant remplace les cris, la vie devient supportable ! Merci Cathy pour ton humanité, ta générosité et ton humilité. Je n'ai pas pu encore te voir chanter mais je t'écoute souvent et c'est toujours un moment "suspendu", de celui où l'on se surprend à sourire à la vie.

http://www.musicoscope.fr/cathyf

https://www.facebook.com/profile.php?id=100010867389755

Claude Delrieux

Auteur, compositeur, interprète, Claude Delrieu met en scène son propre rôle comme pour prouver que chaque être est unique, que créer est une normalité, un devoir. Le spectacle est une visite guidée à l’intérieur d’un personnage, joies et peines mêlées, il ne juge jamais, il constate, il décrit se qu’il voit avec ses yeux et c’est troublant. Authentique exagéré, provocation détournée, humour décalé ou dérision réaliste sont les ingrédients de cette musique aux racines diverses et inattendues.

 

A Saverdun, on n'a pas que des rugbyman, on a aussi Claude Delrieu. Claude Delrieu, c'est un homme et un accordéon pour une visite guidée à l'intérieur de lui-même, une mise en musique de son propre personnage. Son créneau ? La chanson à textes, décalée et réaliste. Auteur, compositeur et interprète, l'artiste est un poète moderne qui use et abuse des mots pour douter de tout et jouer la dérision. Les mots fusent, claquent, se hurlent et se gémissent. Son style ? Minimaliste. Seul avec son fidèle « piano du pauvre «, ce troubadour des temps modernes occupe un mètre carré de scène. Son talent ? Incontesté et incontestable, il lui a valu un parcours professionnel jalonné de distinctions. Car l'histoire d'amour entre Claude Delrieu et la musique ne date pas d'hier : de guitare en accordéon et de théâtre en chorale en passant par la création de spectacle musical, notre homme n'est pas né de la dernière pluie. Drôle, Claude Delrieu ? L'artiste ne prétend pas être à mourir de rire mais il lui faut un quota d'humour dans chaque chanson : « Je pars toujours de quelques mots qui sonnent et je brode autour de ça. Il faut toujours une dose d'humour. Mais bon, ce n'est pas forcément pour rigoler à chaque fois, même si certains rient ! Ce qui me plaît, c'est quand quelqu'un éclate de rire et que quelqu'un d'autre se demande pourquoi il rit ! « L'homme est joyeux, spontané et sa bonne humeur naturelle est communicative.

Claude Delrieu, fils de Buster Keaton et de Frehel, frère d'Howard Butten et de Remy Bricka, tombe du plafond, gémissant, pantelant sur ses jambes d'échassie

 

http://loic-lantoine.wifeo.com/claude-delrieu.php

 

 

Commenter cet article